top of page
Rechercher

Comment Surmonter Le Syndrome de l'Imposteur ?

Introduction :


Le syndrome de l'imposteur, ce phénomène psychologique bien connu, touche de très nombreuses personnes, qu'elles soient étudiantes, professionnelles ou artistiques.


Ce syndrome de l’imposteur se caractérise par un sentiment persistant de doute de soi, de sentiments d’être illégitime et de peur constante d'être reconnue comme une imposture par les autres. Et malgré des preuves tangibles de réussite ses personnes continues à se dévaloriser. Dans cet article, nous explorerons les origines, les symptômes et les stratégies pour surmonter ce syndrome qui pourrit la vie à trop de monde.


Le concept du syndrome de l'imposteur a été introduit pour la première fois par les psychologues Pauline Clance et Suzanne Imes dans les années 1970. Elles ont observé ce phénomène chez des individus qui, malgré leurs accomplissements et leurs compétences, doutaient de leur légitimité et attribuaient leur succès à la chance ou la gentillesse des autres plutôt qu'à leurs capacités et leurs compétences propres.


comment surmonter le syndrome de l'imposteur ?
Syndrome de l'imposteur

L’origines du Syndrome de l'Imposteur :


Le sentiment d’être illégitime commence dans l’enfance, lorsque nous sommes enfant nous ne sommes pas en mesure de remettre en question ni les propos des adultes, ni les conclusions que nous tirons de ce que nous sommes en rapport avec le comportement non verbal de notre entourage.


Exemple : si mon parent me dit que je suis nul et un incapable alors je vais l’intégrer directement comme ce que je suis au lieu de remettre en question seulement mes compétences. Il en va de même pour les conclusions que l’on tire : si je fais mon devoir avec mon parent et que celui-ci ne dit rien mais souffle et lève les yeux au ciel lorsque je note mes réponses, je vais automatiquement tirer la conclusion que ce que je fais est mal et que je ne suis pas assez capable pour obtenir de la reconnaissance positive de mon parent, donc « je suis nul ».


Tout ceci va créer une image de soi négative avec laquelle nous grandissons en étant persuadé au fond de nous que nous ne sommes pas assez (capable, beau/belle, intelligent, riche, cultiver, sociable, etc…) même si on m’a souvent dit que ce que je faisais était très bien, une partie de soi en ai contente une autre le réfute complètement et ne cherche que ce qui vient valider sa vision de soi négative (biais de confirmation).


C’est ainsi que ce crée le syndrome de l’imposteur car nous devenons extrêmement angoissés à l’idée que les autres remarquent notre incompétence ou notre insuffisance. Alors qu’il ne s’agit que de quelque chose de totalement subjectif et propre à notre vision de nous-même.


Symptômes courants du syndrome de l'imposteur :


1.     Doute constant : Les personnes atteintes du syndrome de l'imposteur doutent constamment de leurs compétences, même lorsque les preuves de leur succès sont évidentes. Parce qu’au fond d’elle, elles ont une image d’elle-même très négative.

 

2.     Peur d'être exposé : Il existe une crainte persistante d'être démasqué comme étant un imposteur, ce qui peut entraîner une anxiété chronique et accrue ainsi que des difficultés à accepter les éloges.

 

3.     Perfectionnisme excessif : Les individus touchés ont souvent des normes et des critères très élevées et craignent énormément l'échec, ce qui peut dans certains cas les pousser à retarder les tâches par peur de ne pas répondre aux attentes des autres.

 

4.     Attribution du succès à la chance : Plutôt que de reconnaître leurs compétences, ceux qui souffrent du syndrome de l'imposteur attribuent leur réussite à des circonstances extérieures, comme la chance, la gentillesse ou la générosité des autres.


Comment surmonter le syndrome de l'imposteur ? :


1.     Reconnaissance et acceptation : La première étape pour surmonter le syndrome de l'imposteur est de reconnaître et d'accepter ses sentiments. Comprendre que beaucoup de gens partagent ces sentiments peut contribuer à normaliser cette expérience.

 

2.     Réévaluation des pensées négatives : Il est essentiel de remettre en question les pensées négatives et de remplacer les croyances irrationnelles par des affirmations positives. L'autocompassion et la bienveillance envers soi-même sont des outils puissants.

 

3.     Développer son objectivité : il est essentiel de devenir plus lucide sur ce que nous faisons pour développer une meilleure image de soi et de séparer sa valeur de ses compétences.

 

4.     Partage des expériences : Discuter ouvertement du syndrome de l'imposteur avec des amis, des mentors ou des collègues peut créer un environnement de soutien et aider à déconstruire les fausses croyances.

 

5.     Fixation d'objectifs réalistes : Éviter le perfectionnisme en établissant des objectifs réalistes et réalisables favorise le succès, la confiance en soi et une plus forte image de soi.

 

6.     Se faire accompagner : Voir une personne spécialiste des symptômes d’un manque d’estime de soi pour aller travailler non pas sur le syndrome de l’imposteur directement mais sur ce qui engendre ce symptôme.


Conclusion :


Le syndrome de l'imposteur peut avoir un impact significatif sur la vie professionnelle et personnelle. En comprenant ses origines, en reconnaissant les symptômes et en adoptant des stratégies pour surmonter ce phénomène, il est possible de retrouver sa confiance en soi et son estime de soi pour pouvoir réaliser son plein potentiel.





N'oublions pas que le succès est souvent le résultat d'un travail et développement des compétences authentiques, et pas simplement de la chance ni de la gentillesse des autres.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page